Nature morte aux Fleurs - Signée Margherita Caffi (1648 - 1710)
L'élégante toile que nous proposons est signée de l'artiste milanaise Margherita Caffi, femme peintre du XVIIème siècle, ce qui était plutot rare à cette époque.

Elle présente un large échantillon des fleurs, conservées dans un vase en majolique décoré.La particularité de l'œuvre réside dans la signature, placée en bas à droite "Marg. Caf. F (ecit)". La matière, animée d'une vive lumière, acquiert une douceur particulière, délicate et virtuose dans la définition des reflets du vase et dans la transparence des pétales. La peinture, qui fait vibrer la surface, est viruose, grâce à des coups de pinceau vifs et à des choix chromatiques raffinées basées sur l'utilisation d'effets de lumière intenses. Le tout enfermé dans une composition précocement rococo, avec un effet décoratif somptueux. La composition, comme dans la meilleure tradition caravagesque, est éclairée par une forte lumière venant de gauche
 Typique de la production réussie de Caffi, la toile proposée ici se compare facilement au corpus rassemblé dans le volume d'Ulisse e Gianluca Bocchi (Naturaliter. Nuovi contributi alla natura morta in Italia settentrionale e Toscana tra XVII e XVIII secolo, Casalmaggiore 1998, pp. 78-101).

Des liens peuvent être établis avec certaines toiles apparues sur le marché international, parmi lesquelles par exemple, Nature morte aux fleurs, non signée, vendue par Sotheby's (Milan, 19 octobre 2010), dont les similitudes sont remarquables. Née à Crémone en 1647, Margherita Caffi a néanmoins principalement exercé son activité en Lombardie et en Toscane, en affinant sa formation dans l’atelier de Vincenzo Volò, où Giuseppe Vicenzino a également fait son apprentissage. Elle était active en Toscane, où elle a vécu et vécu vers les années soixante-dix du dix-septième siècle sous le patronage des Médicis - chérie de la Grande Duchesse Vittoria Della Rovere, épouse de Ferdinand II (ses tableaux ont été conservés à la Galerie à la Palatine et la présence de ses œuvres figure dans les anciens inventaires de la villa de Poggio à Caiano et de la galerie du palais Pitti. Parmi ses clients, on comptait aussi les archiducs du Tyrol et les rois d'Espagne. Elle laissa des traces de sa présence dans les anciens inventaires du palais royal de Madrid et de ses œuvres à la Real Academia de San Fernando et à la Fundación Santamarca de Madrid. Elle a passé les dernières années de sa vie à Milan, où elle a créé une école florissante de peintres de natures mortes, avec son collègue et ami milanais Vicenzino, renouvelant le répertoire figuratif et satisfaisant les goûts des collectionneurs milanais de la fin du XVIIe siècle. D'excellente qualité et d'une conservation remarquable, la toile est un exemple de la production de Caffi vers la fin du siècle: une datation suggérée par le matériau épais qui, en l'absence de contours définis, suggère avec puissance et vivacité, plutôt que de décrire avec sagesse, les pétales bigarrées.

avec cadre en bois doré : 85 x69 cm
sans cadre : 72 x 57 cm